Catégorie Projet ANR Bimby

Auteur(s) : - Bruno Sabatier

Publié le 01 Avril 2011

Notions clés :
> division parcellaire
> retraite
> solidarité intergénérationnelle

Le propriétaire vendeur : un couple retraité qui ne veut plus de son jardin

Dans une commune périurbaine au caractère rural, relativement recherchée, un natif de la commune s’était installé en ménage dans cette maison, sur une parcelle de 2400m². Arrivé à la retraite, son terrain lui apparaît trop grand, demandant des efforts physiques pour entretenir le jardin alors que sa jouissance en est moindre. Il décide donc de céder une partie de sa parcelle en la divisant. Bénéficier d’un complément de revenu pour sa retraite est évidemment un plus, mais le motif principal de division est de se décharger d'un entretien régulier qui est devenu une corvée au fil du temps.

Vers 1995, à environ 70 ans, il divise donc 1500m² (c'est le minimum parcellaire d'alors) pour créer un terrain à bâtir, et ne garde que 900m², assiette sur laquelle repose sa maison. Il découpe le nouveau terrain en drapeau pour ménager un chemin d’accès depuis la voirie.

Pour le moment, il n’a pas eu besoin d’adapter son logement à la perte d'autonomie pour lui ou pour sa femme, mais l'apport de l'argent par la vente du terrain le lui permettra plus facilement quand se posera la question.

Le nouveau ménage qui construit

Le terrain est vite acheté, par un ménage quadragénaire avec deux enfants, originaire d'une commune proche, qui cherchait un terrain à bâtir dans le secteur pour pouvoir faire construire sa maison.

De bonnes relations de voisinage

Aujourd’hui toujours occupant de sa maison, à 85 ans, le propriétaire vendeur est satisfait de l'entente avec ses nouveaux voisins, qu'il s'agisse des parents ou des enfants, entente qui s'est consolidée au travers du temps. Un échange de services s'est instauré : par exemple les voisins se gardent la maison à tour de rôle pendant leurs absences respectives.
 

L'habitant : Bénéficier d’un complément de revenu pour sa retraite est évidemment un plus, mais le motif principal de division est de se décharger d’un entretien régulier qui est devenu une corvée au fil du temps.

Cliquez pour voir ce qu'ils en pensent

> L'habitant

> L'urbaniste

> L'élu

> La filière