Catégorie Démarche Bimby

Publié le 27 Juin 2011

Notions clés :
> 19 millions de maisons
> densification pavillonnaire
> division parcellaire
> initiative des habitants
> primo-accédants
> valoriser son patrimoine

Benoist Apparu appuie le projet BIMBY lors d'une interview accordée au Journal du Club de l'Accession à la Propriété, dans son numéro sur la densification urbaine de l'été 2011.

En quoi le projet BIMBY peut-il se présenter comme une réponse au problème du logement ?

Benoist Apparu :

« L’intérêt de la démarche est qu’elle s’appuie sur l’intérêt commun des individus et de la collectivité , et c’est cette convergence positive qui est intéressante. En France, les zones pavillonnaires représentent d’importantes superficies et une grande majorité des surfaces urbanisées.

L’Union des Maisons Françaises estime par exemple à un million, le nombre de terrains de plus de 1 000 m² sur lesquels n’est construite qu’une seule maison.

La démarche est extrêmement positive tant d’un point de vue économique (construction de nouveaux logements et développement d’entreprise locales de construction et de services), qu’environnemental (n’engendre pas de pression foncière) et social (développement de l’accession à la propriété et solution de logements adaptés aux modes de vie).

Je suis convaincu que mis bout à bout, ce sont des projets inédits et novateurs comme celui-ci qui permettront de répondre en partie au manque de logement dans certains territoires. »




Le secrétaire d'État au Logement évoquait déjà le projet Bimby en ces termes lors de son discours de clôture du séminaire Urbanisme de Projet le 27 mai 2011 :

« (…) Par ailleurs, des potentiels inexploités sont à valoriser et un foisonnement d'initiatives à accompagner. Je pense à la densification du pavillonnaire avec la démarche Bimby, qui s’inscrit dans une logique de « gagnant-gagnant », non seulement pour le propriétaire privé, qui va retirer un bénéfice de la vente d’une partie de sa parcelle, mais aussi pour la collectivité, qui va voir se créer une offre d’habitat supplémentaire.

Je pense aussi à la surélévation avec l'exemple de Vélizy, ou aux projets de mutation de territoires économiques appelés à se diversifier. Neuf sites bénéficieront d’une ingénierie spécifique dans le cadre de l’appel à projets lancé cette année par le ministère. (…) »


A lire également : Le projet BIMBY replace la maison individuelle au cœur de « l'urbanisme de projet » de Benoist Apparu
 

L'élu : L’intérêt de la démarche est qu’elle s’appuie sur l’intérêt commun des individus et de la collectivité , et c’est cette convergence positive qui est intéressante. En France, les zones pavillonnaires représentent d’importantes superficies et une grande majorité des surfaces urbanisées. La filière : L’Union des Maisons Françaises estime par exemple à un million, le nombre de terrains de plus de 1 000 m² sur lesquels n’est construite qu’une seule maison.

Cliquez pour voir ce qu'ils en pensent

> L'habitant

> L'urbaniste

> L'élu

> La filière