Catégorie Projet ANR Bimby

Auteur(s) : - Fordin Isabelle

Publié le 17 Juin 2011

Retranscription synthétique d’entretiens menés avec des habitants ayant réalisé des divisions parcellaires intéressantes dans la perspective des travaux du projet de recherche Bimby.

Notions clés :
> division parcellaire
> primo-accédants
> vieillissement

Les propriétaires initiateurs : une grand-mère souhaite réduire la superficie de son terrain devenu difficile à entretenir.

La propriétaire dispose de 5000m2 de terrain. Sa condition physique l'oblige à réduire son jardin car il est devenu trop difficile à entretenir. Elle décide de diviser sa parcelle en 2 lots et vend la partie à l'arrière de sa maison. La parcelle issue de la division est de 2200m2.

Les nouveaux arrivants : un jeune couple récemment parents à la recherche d'un terrain à bâtir.

Le couple habite dans un appartement parisien. La famille s’agrandit et à la suite de la naissance de leur premier enfant, elle cherche alors à se loger dans un appartement plus grand. Le budget du couple est limité. Par conséquent, il projette de s'éloigner de Paris pour envisager une première acquisition.

Sur les conseils du grand-père (profession dans le bâtiment), le couple décide de faire construire une maison. Il doit du coup s'éloigner davantage que prévu pour trouver un terrain à bâtir. Le père a vécu durant sa jeunesse en pavillon et son souhait est de faire partager ce souvenir à sa famille.

Par connaissance interposée, le couple apprend la mise en vente du terrain issu de la division et en fait l'acquisition. Un architecte et ami de promotion du père, intervient pour la réalisation du projet.

La famille habite dans la nouvelle construction à la suite d'une année de travaux.

Les voisins : le voisin accueille avec enthousiasme le projet.

La seule exigence sollicitée par la propriétaire initiatrice de la division est de clôturer la nouvelle parcelle avant le début des travaux. Les frais de clôture sont pris en charge par le couple.

Le voisin en limite séparative de la nouvelle construction est séduit par la division de la parcelle voisine. Il procède à son tour à la même démarche et vend une partie de son terrain à l'arrière de sa maison. Une seconde nouvelle maison est actuellement en construction.

Dispositifs techniques et professionnels impliqués : la réglementation encourage le projet écologique du couple.

Le propriétaire confie son projet de construction à son ami architecte. Ce projet doit utiliser la nature paysagère du site et restituer à la nouvelle construction une vue panoramique de qualité. Le passage de la Seine se fait à proximité du fond de la parcelle. La construction est alors autorisée sur une partie réduite à l'avant du terrain.

Cette nouvelle construction est individuelle et répond aux désirs du couple : orientation de la maison, de ses ouvertures, choix d'un toit terrasse permettant de profiter du paysage naturel et de le vue sur le bord de Seine.

C'est une maison contemporaine à tendance écologique (pompe à chaleur,...), le souhait était que l'architecture s'intègre bien dans le paysage. Dès lors le projet est très bien perçu par la municipalité et le toit terrasse est accepté (la hauteur maximale de la réalisation est fixée à 8m).

Le dossier a été présenté lors de la modification du plan d'occupation des sols (POS) en plan local d'urbanisme (PLU). Le permis de construction est autorisé très rapidement.

Territoire, règlement et stratégie politique : une politique de densification influencée par la vallée de la Seine.

La commune est située en grande couronne de l'agglomération parisienne. Elle compte 12 000 habitants et bénéficie d'un compromis entre campagne et ville. Son urbanisation est organisée en hameaux. La parcelle étudiée est localisée en périphérie de la ville où le tissu résidentiel discontinu domine.

La commune s'est engagée dans la révision du plan d'occupation des sols (POS) en plan local d'urbanisme (PLU). Le PLU a été approuvé en 2006.

Les éléments naturels patrimoniaux de qualité dont dispose la commune interviennent sur les potentialités d'évolution du territoire. Pour cela, la règlementation vise à favoriser l'évolution de son tissu pavillonnaire dans le respect de son environnement naturel et de la morphologie urbaine des hameaux (le COS n'est pas fixé, l'emprise au sol n'est pas réglementée).

L'habitant : Le voisin en limite séparative de la nouvelle construction est séduit par la division de la parcelle voisine. Il procède à son tour à la même démarche et vend une partie de son terrain à l’arrière de sa maison. L'élu : Le dossier a été présenté lors de la modification du plan d’occupation des sols (POS) en plan local d’urbanisme (PLU). Le permis de construction est autorisé très rapidement. L’urbaniste : Ce projet doit utiliser la nature paysagère du site et restituer à la nouvelle construction une vue panoramique de qualité.

Cliquez pour voir ce qu'ils en pensent

> L'habitant

> L'urbaniste

> L'élu

> La filière