Catégorie Presse

Publié le 21 Mai 2014

Source(s) : La Dépêche

Romuald Pagnucco, l'enfant du Mirail, n'est pas dépaysé au croisement des deux quartiers-villages que sont Saint-Simon et Lafourguette. Sa jeunesse semble confiner au dynamisme du secteur sud-ouest de la ville.

Comment vous êtes-vous retrouvé en charge des quartiers Lafourguette et Saint-Simon, vous, l'un des plus jeunes élus de l'équipe de Jean-Luc Moudenc ?

Je suis un enfant du secteur. J'ai vécu à la Reynerie et suis allé à l'école à Bellefontaine. Je m'occupais de l'association «Projet Toulouse» que j'ai décidé un jour de présenter aux responsables politiques de la ville. C'est d'ailleurs Pierre Cohen lui-même qui m'a poussé à entrer doucement en politique. En 2011-2012, j'ai mené un travail commun avec Christophe Alvès (Ndlr : adjoint en charge du handicap et de la vie associative) sur le projet social de «Toulouse Avenir», l'association de Jean-Luc Moudenc. Durant la campagne territorialisée pour les dernières Municipales, le secteur qui me revenait était celui de Lafourguette, mais j'accompagnais aussi Christophe Alvès sur le quartier Saint-Simon.

Qu'est-ce qui caractérise ces quartiers à la marge des affaires du centre-ville ?

Assurément, leur esprit de village ! D'ailleurs, beaucoup de gens croient que ce sont des villages et c'est une spécificité que l'on souhaite conserver et mettre en valeur afin de préserver la qualité de vie connue et reconnue de la population d'ici. Et cela même si Saint-Simon et Lafourguette connaissent comme les autres quartiers de la ville des problèmes de circulation, de stationnement, d'urbanisme et même de petite délinquance.

Dans quelle direction allez-vous axer votre travail en priorité ?

Je suis avant tout un homme de dialogue et je prends en compte tout ce qu'on me rapporte. Je comprends que des gens puissent s'inquiéter parce qu'il existe des projets de promoteurs à 3 ou 4 niveaux. Nous, on souhaite conserver l'aspect architectural de ces quartiers et l'on veillera à ne pas surcharger en constructions en privilégiant la densification douce et horizontale via le système «Bimby» que nous testerons à Saint-Simon.

Votre délégation municipale intègre la mission «rénovation-embellissement». Cela va se traduire comment à Lafourguette et Saint-Simon ?

Ça renvoie encore à la qualité de vie. Je vais être par exemple vigilant à ce que des projets de tous ordres ne défigurent pas un quartier comme Lafourguette, qui doit aussi veiller à une meilleure lisibilité de son pôle commercial. Nous sommes ici dans des quartiers vivants, où le tissu associatif implique de nombreux responsables. Cette proximité du quotidien est fondamentale. Et il ne faut pas avoir peur d'être un peu chauvin pour défendre les quartiers qui nous tiennent à cœur.

Romuald Pagnucco, hier matin au milieu du quartier Saint-Simon qu'il entend défendre avec un certain «chauvinisme»./Photo DDM, Xavier de Fenoyl

Toulousain pur jus

Natif de La Faourette, Romuald Pagnucco est âgé de 36 ans. Ingénieur biomédical de formation (volet matériel des hôpitaux), il a fait l'essentiel de ses études dans la Ville Rose. Rapidement passionné d'architecture et d'urbanisme, il a toujours voulu mettre ses compétences au service de la Cité. Repéré par Pierre Cohen, c'est pourtant au contact de l'équipe de Jean-Luc Moudenc dont il épouse les idées politiques que Romuald Pagnucco prendra son envol public. Il a notamment collaboré avec Xavier Spanghero, aujourd'hui secrétaire départemental de l'UMP, ainsi qu'avec Élisabeth Pouchelon, en tant que directeur de campagne, lorsque l'actuelle conseillère régionale s'était présentée aux élections législatives en juin 2012.

Fan de football, Romuald Pagnucco est supporter du Toulouse Football-Club dont il suit de très près le chantier de rénovation du Stadium.

Propos recueillis par Xavier Hurtevent

Liens externes : - http://www.ladepeche.fr/article/2014/05/21/1885213-c-est-l-esprit-village-que-les-gens-veulent-conserver.html