Catégorie Projet ANR Bimby

Auteur(s) : - Fordin Isabelle

Publié le 16 Avril 2011

Retranscription synthétique d’entretiens menés avec des habitants ayant réalisé des divisions parcellaires intéressantes dans la perspective des travaux du projet de recherche Bimby

Notions clés :
> densification pavillonnaire
> diversifier l'offre de logements
> initiative des habitants
> Innover dans la conception et la construction de maisons individuelles
> maisons mitoyennes
> NIMBY VS BIMBY
> retraite
> servitude de droit privé
> solidarité intergénérationnelle
> une démarche de projet conçue pour les particuliers
> vieillissement

Les propriétaires initiateurs: un couple avec deux adolescents décide de construire une petite maison écologique dans son jardin.

Une famille composée de deux parents et deux adolescents habite une maison ouvrière devenue spacieuse à la suite de gros travaux d'aménagement. Elle fait l'acquisition de la cour enclavée à l'arrière de sa parcelle et décide d'y faire bâtir une petite maison écologique agencées en studios. Le couple souhaite investir dans une construction respectueuse de l'environnement.

Il envisage plusieurs hypothèses concernant l'utilisation de cette nouvelle construction: logement pour les enfants en période transitoire d'indépendance, gîte à louer, location traditionnelle ou, peut-être, espace de vie pour la grand mère. Les règles de division à cette période rendaient la construction impossible. La nouvelle maison est bâtie sur la même parcelle. Elle est intégrée à la résidence principale.

Les nouveaux arrivants: la grand mère est logée dans un studio au rez-de-chaussée de la nouvelle maison; un studio identique à l'étage accueille un locataire ami de la famille.

A la suite du décès de son mari, la grand-mère se retrouve à vivre seule dans son appartement. Sa condition physique délicate conduit sa fille à lui proposer d'habiter dans le studio du rez-de-chaussée de la construction qu'ils sont en train de concevoir.

Ils peuvent en discuter tous ensemble, sur la base des plans et des vues produits par l'architecte, mais la grand-mère a du mal à se projeter.

La décision fut délicate à prendre pour la grand-mère comme pour sa fille et son mari, chacun souhaitant que soit respectée son intimité et soit préservée son indépendance. De plus, la grand-mère aillait-elle aisément s'adapter à son nouveau quartier?

Après de longues discussions, la grand-mère accepte de venir vivre dans le jardin de sa fille, et le déménagement peut avoir lieu. Par ailleurs, un ami de la famille cherche à se loger à proximité d'une station de métro. L'appartement du dessus est donc loué.

Les voisins: les propriétaires portent une très grande attention aux voisins de façon à ce que la phase chantier se passe bien.

Le voisinage fut averti de la date de départ des travaux et des gênes (poussières, bruit,…) provoquées tout au long de leurs avancements. Les contraintes techniques du chantier ont été perçues comme incontournables par le voisinage.

Dispositions techniques et professionnels impliqués: une construction écologique, sans vis-à-vis, conçue par un architecte.

La nouvelle construction est de nature écologique (ossature bois, murs en béton de chanvre, récupération des eaux de pluie, toit végétalisé...) et se compose de deux studios identiques de 32m² chacun. Un escalier extérieur permet d'accéder à l'appartement du premier étage.

L'appartement du rez-de-chaussée est équipé de barres de sécurité. La largeur d’ouverture des portes est adaptée, des renforts dans l’ossature des murs permettent de fixer des poignées d’aide à la mobilité.

La nouvelle construction participe à l'insonorisation du jardin. La résonance des bruits extérieurs (circulation urbaine) est réduite et ceux perçus des appartements environnants (exemple: son des téléviseurs) ont disparu.

L'orientation de cette nouvelle construction respecte l'intimité de chacun des résidents. Les ouvertures des bâtiments de la parcelle donnent sur le jardin.

Le couple s'est adressé à un architecte spécialisé en écologie. Ils ont établi ensemble les principes de construction du nouveau bâtiment. Les corps de métier tels que maçon, plombier, etc...ont été recrutés par appel d'offre et sélectionnés en fonction des attentes du père.

Territoire, règlement et stratégie politique: la commune possède un règlement qui a permis cette deuxième construction sur une parcelle déjà petite, et compte encore assouplir ses règles.

La commune est située aux portes de Paris et compte 103 000 habitants. Entre les années 1950 et 1970, des logements sociaux ont été construits en masse. A partir des années 1980, la politique de la ville favorise l'accueil d'artistes, peintres, sculpteurs.

Dans les années 90, la ville assiste à une spéculation immobilière importante suite à l'arrivée massive de jeunes citadins de Paris. Aujourd’hui, la majorité de la population est constituée de jeunes adultes actifs.

La parcelle est située dans un tissu d'habitat pavillonnaire dense.

La commune s'engage dans la révision du Plan d’occupation des Sols (POS) en Plan Local d’Urbanisme (PLU). Sa mise en vigueur est prévue au printemps 2011 et instaure des règles visant à favoriser les conditions de construction: suppression du recul par rapport à la voie et de l'obligation de l'alignement des constructions; extension d'une emprise constructible, modulation des règles de hauteur. La commune donne de nouvelles possibilités aux habitants d'intervenir dans la mise en œuvre de la politique ambitieuse de construction de logements.
 

L'habitant : Le couple envisage plusieurs hypothèses concernant l’utilisation de cette nouvelle construction: logement pour les enfants en période transitoire d’indépendance, gîte à louer, location traditionnelle ou, peut-être, espace de vie pour la grand mère. L’urbaniste : Le couple s’est adressé à un architecte spécialisé en écologie. Ils ont établi ensemble les principes de construction du nouveau bâtiment.

Cliquez pour voir ce qu'ils en pensent

> L'habitant

> L'urbaniste

> L'élu

> La filière