Catégorie Bimby +

Auteur(s) : - Mathilde GUIHARD

Publié le 28 Avril 2013

La Lettre de l’Aric • Mars/Avril 2013 • n°236

Source(s) : ARIC

Notions clés :
> densification pavillonnaire

Si les habitants des zones pavillonnaires pouvaient mobiliser le foncier existant (grand jardin, etc.) pour fi nancer une nouvelle offre de logements individuels ; l’intérêt des individus pourrait rejoindre celui des collectivités. Le SCoT du Trégor s’est ainsi saisi de cette méthode pour favoriser l’économie du foncier. Nous avons rencontré Mathilde Guihard, urbaniste au syndicat mixte du SCoT* du Trégor

 

En quoi cette démarche pouvait être utile pour le SCoT ?

Comme dans tous les territoires, nous devons prendre des mesures pour économiser le foncier. Dans le cadre du SCoT, les élus réfl échissent au devenir des centre-bourgs et tentent de trouver des solutions innovantes pour valoriser la densité.

On demande aux 44 communes de faire des efforts : 50 % de consommation de moins par rapport au passé (sur une période de 10 ans). Cet effort ne peut pas se réaliser sans la participation des habitants-propriétaires. La collectivité n’a ni les moyens, ni la possibilité d’intervenir pour imposer cette obligation. La démarche “Bimby” permet d’associer les habitants à cet effort collectif d’économie du foncier.

 

Quels sont les axes de la démarche “Bimby” ?

Dans notre SCoT, il est prévu que chaque commune réalise un diagnostic de densifi cation pour identifier les espaces publics inutilisés, les dents creuses etc. En reprenant les axes Bimby, chaque commune va déterminer des secteurs ou les habitants pourraient densifier eux-mêmes. Nous travaillons aussi avec les communes pour supprimer les règles inutilement bloquantes comme par exemple la distance visà- vis de l’espace public, les limites entre les parcelles. Des contraintes qui ne se justifi ent plus forcément, aujourd’hui, dans certains lieux et qui empêchent des projets de se faire en zone urbanisée.

Pour solliciter les propriétaires, il est nécessaire d’avoir un portage politique fort des élus municipaux. Nous sensibilisons aussi les services de la mairie et les bureaux d’études. Aujourd’hui, nous accompagnons deux communes pilotes, Plestin les Grêves et Lannion, pour revoir leurs documents d’urbanisme, la relation avec les habitants viendra dans une deuxième phase.

 

En quoi cette démarche est-elle originale ?

Il s’agit d’un changement de mode de développement par l’action des habitants, la collectivité ne fait pas l’acquisition du foncier. Les élus se sont déjà appropriés l’intérêt de densifier leur bourg et font du “Bimby” sans le savoir. Lors de l’accueil en mairie pour les demandes de permis, les élus et les techniciens proposent déjà aux habitants de mieux positionner leur maison sur le terrain pour permettre une division future, ou incitent à faire 3 lots au lieu de 2 par exemple.

 

Propos recueillis par Jérôme Guesdon

Contact : Mathilde Guihard

urbaniste, syndicat mixte de cohérence territoriale du Trégor

www.SCoT-tregor.com

 

À télécharger : - l'article complet au format pdf
- a lire aussi la demarche Bimby du syndicat d'urbanisme du pays de Vitre

Cliquez pour voir ce qu'ils en pensent

> L'habitant

> L'urbaniste

> L'élu

> La filière