Catégorie Presse

Publié le 17 Mai 2013

Source(s) : lemoniteur.fr

Avec son pied de nez au syndrome Nimby, «Not in my Backyard», qui désigne le rejet d'un projet de construction dès qu'il s'installe près de chez soi, Bimby, «Build in my Backyard»   a remis au goût du jour une  idée ancienne: construire davantage de logements dans les quartiers résidentiels, en divisant les parcelles.

Les pilotes de ce programme de recherche, David Miet et Benoît Le Foll (CETE Ile-de-France et CETE Normandie-Centre) ont déployé une solide communication pour convaincre de l’intérêt de la démarche. Les avantages sont nombreux, expliquent-ils. Premièrement: répondre aux besoins en logements tout en freinant l’étalement urbain. Deuxièmement, offrir des solutions adaptées aux projets de vie des habitants: dépendance, vieillesse, problèmes financiers menant au besoin de terrains plus petits, ménages voulant s’installer à prix réduit... Enfin, ce type de densification permettrait de faire participer les habitants à la construction du quartier ...

Liens externes : - lien vers le site du moniteur