Catégorie Démarche Bimby

Auteur(s) : - Hugo Receveur

Publié le 03 Janvier 2012

Notions clés :
> Innover dans la conception et la construction de maisons individuelles
> retraite
> vieillissement

Monsieur et madame J

Propriétaires d'une grande parcelle allongée, le couple a fait construire une maison en 1989 aux alentours d'une ville moyenne d'environ 20 000 habitants.

Dix ans après, Madame et Monsieur J en prévision de leurs vieux jours et cherchant à avoir une maison de plain-pied, ils décident de faire construire une nouvelle maison à leur mesure. Au lieu de revendre l'ensemble pour acheter un nouveau terrain, car attachés à leur quartier, ils ont préférés rester et profiter de cette situation pour diviser leur terrain.

La configuration urbaine est avantageuse puisque la parcelle donne dorénavant sur une nouvelle rue résidentielle, prolongée depuis par la création de petits immeubles collectifs plus au Sud. Ils peuvent ainsi diviser sans avoir à générer une division dite en "drapeau".

Un projet de petite parcelle pour logement de plain-pied

Nous sommes en 1999. La parcelle fait 2500 m2, et pour pouvoir vendre efficacement, ils décident de préserver la maison à vendre avec un beau terrain de 1600m2, optant de construire leur nouvelle maison sur 900 m2.

L'architecte leur propose un projet de maison qui s'adapte au terrain en pente (pente générale d’environ 8%) dans une forme globale en L. L'ancienne maison en haut de parcelle jouit d’un parc très arboré qui permet de mettre à distance la nouvelle propriété. Un avantage certain pour vendre au niveau d’un nouveau projet de qualité.

Monsieur J, passionné de culture orientale entreprend avec un jardinier-paysagiste de mener deux jardins d'inspiration japonaise, dont l'un très minéral en interface avec l'ancienne parcelle, et l'autre plus exubérant jouant du talus à la fois socle de la maison. Le premier jardin, très fin démontre les qualités d'un espace intime et harmonieux entre des sols minéraux ou de caillebotis, environnés de rideaux variés de bambous et d'émergences arbustives menées en topiaires. Le deuxième permet d'exploiter les dimensions du deuxième jardin en proposant tout en englobant les différents accès, soit : un large garage enterré; un accès piéton central ; et enfin l’atout du projet : une rampe douce communiquant aux pièces d’usages que sont le salon et la cuisine, depuis le niveau du rez-de-chaussée.

Une division et un quartier

Cette rue prolongée, a semble t'il fait d’autres émules, puisque depuis 10 ans d'autres divisions ont été menées dans le même quartier.

Les voisins à l’Est, avec le même type de parcelle (environ 2700 m2) et de maison (architecture à toits plats imbriqués, des années 80), ont eux opté pour une division en trois parties. Sur la nouvelle rue, ils ont construit une nouvelle maison pour la vendre et de l’autre ont permis une division en drapeau sur la rue principale, éventuellement pour gagner en intimité en « habitant » complètement l’ilôt. Monsieur J nous apprend que les propriétaires ont vendu les 3 terrains et se sont installés dans une autre commune.

Pareillement pour le voisin à l’Ouest qui en gardant une grande parcelle de plus de 3000m2 a pu générer deux nouveux lots.

Cette rue prolongée au Sud, qui plus est une impasse en boucle, qui a pris place sur un ancien chemin, et motivée par la création de petits logements collectifs, permet aujourd’hui d’envisager l’évolution d’un grand nombres de parcelles avoisinantes.

L'habitant : Dix ans après, Madame et Monsieur J en prévision de leurs vieux jours et cherchant à avoir une maison de plain-pied, ils décident de faire construire une nouvelle maison à leur mesure. Au lieu de revendre l'ensemble pour acheter un nouveau terrain, car attachés à leur quartier, ils ont préférés r...

Cliquez pour voir ce qu'ils en pensent

> L'habitant

> L'urbaniste

> L'élu

> La filière