Catégorie Projet ANR Bimby

Contributeur(s) : - Bertrand Mougel

Publié le 20 Avril 2012

Traduction libre et adaptée du pattern n° 154 de l'ouvrage collectif "A Pattern Language", (Alexander et al., Oxford University Press, 1977). On trouve dans ce travail des modèles de conception qui peuvent être utilement revisités dans la perspective d'un renouvellement doux et progressif des tissus pavillonnaires existants.

Notions clés :
> donner une nouvelle vie aux tissus pavillonnaires existants
> Innover dans la conception et la construction de maisons individuelles
> une démarche de projet conçue pour les particuliers

Traduction libre et adaptée du pattern n° 154 de l'ouvrage collectif "A Pattern Language", (Alexander et al., Oxford University Press, 1977). On trouve dans ce travail des modèles de conception qui peuvent être utilement revisités dans la perspective d'un renouvellement doux et progressif des tissus pavillonnaires existants.

Conçues dans le contexte culturel et climatique nord-américain, les propositions ne doivent pas être considérées comme des vérités absolues ou des recettes systématiques mais pour leur intérêt général.

 

Les gens utilisent un espace ouvert s’il est ensoleillé, et ne l’utilisent pas s’il ne l’est pas, dans tout climat sauf désertique.

 

Ceci est peut-être l’élément le plus important et le plus simple d’une construction. Si le bâtiment et ses jardins sont bien positionnés, ils seront des endroits joyeux plein d’activités et de rires. Si cela est mal fait, alors toutes les bonnes intentions du monde, et les plus beaux détails, ne l’empêcheront pas d’être un lieu silencieux et sombre. Dans toutes les villes, des milliers d’hectares d’espace ouvert sont ainsi gâchés parce qu’ils sont orientés au nord du bâtiment et ne sont jamais ensoleillés. Ceci est vrai pour les bâtiments publics comme pour les maisons privées. Le bâtiment de la banque d’Amérique à San Francisco, un bâtiment gigantesque construit par une grande entreprise d’architectes, a sa place publique positionnée au nord. A midi, cette place est vide, et les gens mangent leur sandwichs dans la rue, au côté sud où se trouve le soleil.

 

Il en est de même pour les petites maisons privées. La forme et l’orientation des parcelles communales dans la plupart des aménagements force les maisons à être entouré d’espace ouvert jamais utilisés car il n’y a pas de soleil.

 

Une enquête que nous avons réalisé sur un îlot résidentiel à Berkeley, Californie, confirme ce problème dramatique. Le long de la rue de Webster -une rue orientée est/ouest- 18 des 20 personnes interviewées disent n’utiliser que la partie ensoleillée de leur jardin. La moitié de ces gens vivent sur la rive nord de la rue, et déclarent ne jamais utiliser leur jardin du tout, préférant s’asseoir dans le jardin de devant , à côté du trottoir, pour s’exposer au soleil du sud. Le jardin en façade nord est utilisé essentiellement comme débarras.

 

 

 

Cette enquête rapporte aussi que des espaces ensoleillés ne seront pas utilisés si pour y accéder il faut traverser une large bande d’ombre longeant la maison : sur quatre jardins orientés au nord suffisamment long pour être ensoleillés vers l’arrière, un seul de ces jardins a sa surface ensoleillée utilisée, car c'est la seule à être accessible sans passer à travers une large bande d’ombre.

 

Bien que l’idée d’orienter au sud l’espace ouvert soit simple, elle a de grandes conséquences (et cela aura un impact important sur l’utilisation du terrain). Par exemple, un quartier résidentiel devrait être organisé d’une autre manière qu’aujourd’hui. Les parcelles privées devraient avoir leur longueur du nord au sud, avec la maison au côté nord.

 

 

 

Notez que ce pattern a été développé dans la baie de San Francisco. Bien sûr, son importance varie selon la latitude et le climat. A Eugene, Oregon, par exemple, avec un climat plutôt pluvieux, à environ 50° de latitude, le modèle est encore plus pertinent: les façades sud des bâtiments ont les espaces extérieurs les plus valorisée pour les jours de soleil.

 

Ainsi :

Placez toujours le bâtiment au nord de l’espace ouvert extérieur qui l’accompagne, et gardez cet espace ouvert au sud. Ne laissez jamais de large bande d’ombre entre le bâtiment et la partie ensoleillée de l’espace ouvert.

 

L'habitant : Si le bâtiment et ses jardins sont bien positionnés, ils seront des endroits joyeux plein d’activités et de rires. Si cela est mal fait, alors toutes les bonnes intentions du monde, et les plus beaux détails, ne l’empêcheront pas d’être un lieu silencieux et sombre.

Cliquez pour voir ce qu'ils en pensent

> L'habitant

> L'urbaniste

> L'élu

> La filière

southfacing4
southfacing1
southfacing4
southfacing5