Catégorie Presse

Publié le 15 Novembre 2012

Un article de Catherine Vandenbosch dans Espace-vie / novembre 2012 / n° 226

Source(s) : Espace Vie

Un article de Catherine Vandenbosch dans Espace-vie / novembre 2012 / n° 226

 
Focus sur une démarche novatrice qui pourrait bien en inspirer plus d’un. Le projet « Bimby » refait parler de lui. Et si c’était dans les lotissements que se trouvait la réponse à la maîtrise de l’étalement urbain ? Une piste innovante qui préserve les maisons individuelles.
 
Réduire l’étalement urbain tout en assurant une offre de logements est un défi qui pourrait être relevé par une démarche novatrice. Elle a été imaginée par une équipe de jeunes ingénieurs et architectes français (voir l’interview de David Miet – Espace-vie n°218). Une petite révolution dans le domaine qui porte le nom de « Bimby » (Build in My Back Yard). L’idée pourra surprendre ou même choquer de prime abord puisqu’elle vante  « la maison individuelle, solution inattendue au problème de logement » ou aussi « tissus pavillonnaires d’hier, villes durables de demain ? ». Miser sur le 4 façades alors que l’on parle partout de densifier de l’habitat ! Eh bien, l’un peut aider l’autre…
 
Durant trois années, les protagonistes du projet ont pu défricher de nombreuses pistes dont l’un des mérites est de remettre l’habitant en situation de maître d’ouvrage de son quartier, de la ville qu’il souhaite habiter. Si ce projet de recherche arrive à son terme en décembre prochain, la démarche n’en est qu’à ses prémices et risque de faire changer bien des points de vue.
 

Une démarche qui séduit

 
Dans la tête de nombreux citoyens, le rêve de vivre dans une maison 4 façades n’est pas mort. Et la démarche « Bimby » répond à cette aspiration puisqu’elle propose un urbanisme de maisons individuelles qui s’opère sur des terrains déjà bâtis au sein de lotissements ou quartiers pavillonnaires. Non content de séduire une partie de la population, le processus a aussi de quoi répondre aux Bimby, une solution pour enrayer l’étalement urbain et le problème du logement objectifs d’une commune : créer des logements en évitant de s’étendre sur les espaces agricoles et naturels, assurer une réserve foncière, une mixité de la population, redynamiser l’économie locale de la construction…
 
Pour tester le processus et pouvoir tirer un premier bilan de la démarche, l’équipe de chercheurs, avec le soutien du maire d’une commune des Yvelines (France), ont mis sur pied une consultation de la population. Une première en son genre. C’est à l’issue de cette consultation, que les initiateurs du projet « Bimby » se sont aperçus que des propriétaires de maisons individuelles pouvaient libérer de nombreux terrains à bâtir. « Une fois que les habitants avaient compris que la démarche ne visait pas à les contraindre mais à leur offrir des opportunités, un véritable enthousiasme est né », témoigne Joseph Le Foll, maire de Tremblay-surMauldre. Ceux-ci y ont trouvé une réponse à leurs aspirations, leurs souhaits, leurs inquiétudes : comment rester dans son quartier alors que la maison est devenue trop grande après le départ des enfants ? Comment offrir un logement adapté aux jeunes qui souhaitent s’installer ? Comment accueillir sa grand-mère dans son jardin ?… David Miet en est bien conscient :  « N’est-ce pas en répondantà ces aspirations que nous trouverons les solutions pour bâtir une ville durable ? ».
 

 

 

À télécharger : - EV226.pdf