Catégorie Bimby +

Publié le 21 Novembre 2013

Source(s) : businessimmo.com

Les nouvelles dispositions réglementaires mettent en suspend l’activité des aménageurs fonciers (Xerfi)

 
21.11.2013
 
 

Xerfi a publié une étude sous le titre : « Les aménageurs fonciers - Prévisions 2014 et perspectives à moyen terme, paysage concurrentiel et panorama des forces en présence ».

L’activité des aménageurs fonciers reste pénalisée par le report des projets immobiliers des ménages et par les difficultés du secteur de la construction en général, et de la maison individuelle en particulier selon Xerfi. Après un recul de 5 % (en valeur) en 2012, l’activité de la profession fléchira encore de 2 % en 2013, selon le baromètre.

Néanmoins, les professionnels devraient profiter du changement de fiscalité sur les terrains à bâtir à moyen terme. La réforme de la taxation des plus-values de cession des terrains à bâtir entrera en vigueur le 1er janvier 2014. A compter de cette date, plus aucun abattement sur les plus-values de cession des terrains ne s’appliquera. Xerfi estime que les propriétaires n’auront plus aucun intérêt fiscal à conserver leur terrain et qu’ils vendront rapidement à des prix compétitifs.

Dans le cas où cette hypothèse se vérifierait, l’afflux de terrain permettrait à l’activité des aménageurs de rebondir, avec une hausse de 1 % en 2014, selon les experts de Xerfi. Pour 2015, les prévisions font état d’une croissance de 3 % en tablant sur une offre attractive de terrain et l’amélioration sensible de l’environnement économique.

L’étude se penche ensuite sur le transfert du plan local d’urbanisme (PLU) aux intercommunalités prévu par le projet de loi Alur. Grâce à ce transfert, les incohérences au niveau des agglomérations seront corrigées et les professionnels de la filière pourront mieux cibler les différentes zones à aménager selon Xerfi.

Mais l’éditeur estime que d’autres mesures du projet freineront l’activité de la profession. « La limite à l’artificialisation des sols, qui envisage en effet de reclasser les zones « à urbaniser », distantes des réseaux, en zones naturelles, va réduire les perspectives d’activité future des aménageurs-lotisseurs ». Xerfi pointe également du doigt la généralisation de la démarche Build in my backyard (BIMBY), qui menacerait les aménageurs lotisseurs, les terrains devenus constructibles étant déjà viabilisés.

Malgré tout, le taux d’EBE d’un panel d’entreprises constitué par Xerfi a augmenté de façon continue de 2008 à 2011. L’intensité concurrentielle est toutefois relativement faible. Une minorité de leaders, disposant d’une forte implantation territoriale, pourrait faire de l’ombre à la profession d’après l’étditeur : les grands groupes immobiliers (comme Nexity26.555 | +0.21% et le groupe Procivis Immobilier), les acteurs spécialisés (comme Francelot, AngelottiFrance Terre et Capelli1.61 | -0.62%) et les filiales de groupes bancaires mutualistes (à l’image du Crédit Mutuel CIC à travers Sarest/ Ataraxia).

Les constructeurs de maisons individuelles ont une position plus marginale, même si des groupes comme AST ou ARP Foncier ont une activité d’aménagement foncier, conclut Xerfi.

 

Liens externes : - http://www.businessimmo.com/contents/37665/les-nouvelles-dispositions-reglementaires-mettent-en-suspend-l-activite-des-amenageurs-fonciers-xerfi

Cliquez pour voir ce qu'ils en pensent

> L'habitant

> L'urbaniste

> L'élu

> La filière