Catégorie Projet ANR Bimby

Publié le 17 Septembre 2012

Source(s) : Actes du Colloque Bimby 2012

Intervenante :

Maud BEAU, UFO

télécharger le support d'intervention

 

Introduction :

Le numérique peut-il humaniser les villes ? Au premier abord, une ville entièrement contrôlée par des machines fait plutôt penser à Big Brother. Les justifications en termes d’optimisation des transports, de consommation énergétique et de sécurité publique sont loin d’être rassurantes pour la qualité de vie quand elles sont portées par des grandes entreprises technologiques internationales. Il existe peut être une autre façonde voir le problème, où la technologie est utilisée pour faciliter les liens entre les personnes et pourquoi pas développer une nouvelle intelligence collective urbaine. En tant qu’architectes et urbanistes, le collectif UFO défend le principe de l’innovation ouverte pour la ville : ce que nous traduisons à travers le concept d’ « urbanisme collaboratif » et la création de plateformes numériques, simples et ouvertes à tous, pour impliquer la société civile dans la transformation des villes vers le plus vivable et le plus durable. Les expérimentations « Unlimited cities » et « Evolvingcities » commencent dans plusieurs villes.

 

Télécharger ici la version pdf du résumé et de la retranscription complète de l'atelier

 

 
   

 

Résumé :

Les nouvelles technologies représentent une opportunité d’impliquer la société civile dans les projets d’aménagement urbain. Forte de ce constat, la startup UFO développe des outils numériques d’urbanisme collaboratif. Ainsi, l’application « Ville sans limites » permet au citoyen de composer sa propre vision de l’évolution possible d’un lieu donné. A travers des thématiques très simples comme la densité, la nature, la mobilité, la vie de quartier, le numérique ou la créativité, il pourra faire évoluer le lieu et proposer des modifications, confrontant ainsi sa vision du développement urbain à celles de ses concitoyens.

 

 

Retranscription :

 

Conférence de Maud BEAU, UFO, Les outils de l’urbanisme collaboratif

Maud BEAU : Je vous présenterai les outils d’urbanisme collaboratif développés par UFO, Urban Fabric Organisation.

 

UFO est une startup issue du monde de l’architecture et de l’urbanisme, qui s’appuie sur le monde du numérique et des nouvelles technologies, voire des jeux vidéo, pour développer de nouveaux outils permettant de fabriquer la ville en impliquant la société civile.

UFO collabore avec des chercheurs en sciences sociales, en informatique, mais aussi avec des ingénieurs, mêlant ainsi des cultures très différentes en termes de méthodologie et de pratique. Notre objectif est de nous enrichir de ces approches diverses pour répondre à un monde hybride.

Il existe en effet aujourd'hui un monde tangible et un monde du numérique, et l’articulation de ces deux mondes est extrêmement complexe. Il est nécessaire, même au sein de l’architecture et de l’urbanisme, de proposer des réponses adaptées à ce nouveau contexte.

Nous sommes confrontés à plusieurs problématiques. Le monde devient de plus en plus imprévisible et complexe. De plus en plus de personnes vivent en ville. La qualité de vie urbaine n’est pas forcément évidente pour tout le monde. Nous essayons de réfléchir à la manière d’offrir une qualité de vie urbaine au plus grand nombre.

C’est la raison pour laquelle nous avons développé cette vision de l’urbanisme collaboratif. Partant d’un point précis, nous pensons pouvoir profiter de la puissance du numérique pour proposer de nouvelles relations avec la société civile et de nouveaux projets d’aménagement urbain.

J’entrerai à présent dans le vif du sujet en vous présentant un outil développé par UFO depuis juin 2011, appelé « Ville sans Limites ». Nous développons différents types d’outils d’urbanisme collaboratif, destinés à être utilisés à différentes phases d’un projet. « Ville sans Limites » a vocation à intervenir en amont du projet urbain. L’outil a fait l’objet d’une R&D financée par le FEDER et la Région Île-de-France. Nous avons eu la chance de proposer le prototype du projet au public du festival Futur en Seine 2011. L’application, disponible à la fois sur ordinateur, Smartphone et tablette tactile, permet aux citoyens de réfléchir sur la ville lorsqu’ils se trouvent dans la rue.

Vous pouvez voir ici la version que nous allons proposer à Rennes le 25 septembre prochain. L’utilisateur se trouve dans la rue, face au parvis sud de la gare de Rennes. Il pourra, à travers des thématiques très simples comme la densité, la nature, la mobilité, la vie de quartier, le numérique ou la créativité, faire évoluer le lieu et proposer des modifications. Ainsi, il composera sa propre vision de l’évolution possible de ce lieu. Il n’existe pas de position surplombante. Autrement dit, aucune solution n’est jugée meilleure qu’une autre. L’utilisateur pourra découvrir les différentes thématiques, se les approprier et choisir une image qui corresponde à sa vision de l’évolution de la ville. Il s’agit donc d’une démarche individuelle.

Mais l’application permettra également à l’utilisateur de confronter son point de vue à ceux des autres. Ainsi, la personne pourra évaluer ses choix par rapport aux autres, soit par critère, soit par grande tendance urbaine. Notre idée est que la personne s’approprie un contexte de façon individuelle. A travers cet hyperréalisme, elle peut se projeter dans cette image et se faire sa propre idée d’un espace. Par la suite, l’objectif est de profiter d’une expérience commune pour essayer de poser les bases d’une grande conversation qui pourrait avoir lieu autour de la ville et de cet espace.

L’urbanisme collaboratif est-il une utopie ? La présentation de notre prototype a en tout cas suscité de l’intérêt au Japon, notamment en vue d’une reconstruction des lieux sinistrés en phase avec la population. Notre projet a également emporté l’adhésion au Brésil, au sujet de la favela de Rocinha, qui accueillera la Coupe du Monde de football en 2014, et fait actuellement l’objet de projets d’aménagements. Les pouvoirs publics sont en effet confrontés à d’importantes difficultés de communication avec les habitants de la favela. Dans ce contexte, « Ville sans Limites » leur est apparue comme une solution possible pour initier une conversation avec les habitants.

Enfin, à Montpellier, il est même prévu d’associer les habitants à la conception amont de l’application. La base de données sera créée conjointement avec les habitants, dans le cadre d’ateliers d’urbanisme collaboratif, avant la mise en ligne de l’application.

 

Benoît LE FOLL : Merci pour cette présentation passionnante. Il existe un enjeu essentiel à impliquer les habitants dans l’élaboration de la vision du futur urbanisme.

 

De la salle : Cet outil vise à permettre aux habitants de visualiser une ou plusieurs évolutions possibles de leur espace public. Existe-t-il également dans des villes où des projets sont en cours, pour recueillir les envies des habitants ? Quelle suite, quelle vie donnez-vous aux avis des habitants ?

 

Maud BEAU : L’application se trouve encore au stade de projet. Pour le quartier de la Bastille, nous avons juste présenté un prototype, en l’absence de projet d’aménagement. S’agissant de Rennes, il est difficile de faire des propositions, parce que nous nous trouvons sur le territoire de projet d’EuroRennes. Notre rôle consiste à analyser des données. Ces dernières sont bien évidemment ouvertes. Nous menons une analyse en temps réel. Les habitants peuvent ainsi voir très simplement l’émergence de grandes tendances.

En revanche, nous ne poursuivons pas du tout une optique de sondage. Autrement dit, nous n’allons pas sélectionner une image parmi d’autres, amenée à devenir le projet. Notre objectif est seulement de poser les bases communes d’une discussion, un début de travail collaboratif. L’idée est bien évidemment de s’appuyer sur ces résultats pour affiner le regard sur cet espace.

À télécharger : - UFO-Villes sans limite - BIMBY.pdf
- 30 TED Les outils de l’urbanisme collaboratif.pdf

Cliquez pour voir ce qu'ils en pensent

> L'habitant

> L'urbaniste

> L'élu

> La filière