Catégorie Blogosphère

Publié le 18 Mars 2012

Article publié le 18 mars 2012 sur le blog Scènes urbaines

Source(s) : Scènes urbaines

 

Face aux méfaits de l’étalement urbain (consommation foncière extensive, réduction des espaces naturels et agricoles, mauvaise desserte des zones périurbaines, etc.), les acteurs de la ville sont nombreux à prôner le modèle de la « ville compacte ».

On multiplie ainsi les projets de renouvellement urbain, la densification des dents creuses, la réhabilitation de bâtiments, la reconversion de friches etc. Tous ces outils permettent de développer des opérations immobilières plutôt tournées vers de l’habitat collectif.

Or, 80% des personnes rêvent d’une maison individuelle. Plus que l’objet c’est le concept qui fascine. Ce que le français souhaite c’est un logement qui lui offre l’ensemble des qualités d’une maison : espace, jardin, intimité.

Le projet de recherche BIMBY (« build in my back yard ») offre une solution alternative qui participe à la réduction de l’étalement urbain tout en répondant au désir de « l’habitat individuel ». Cette solution c’est la densification du tissu pavillonnaire avec une réelle participation de l’habitant. Il ne s’agit plus de convier les habitants à des réunions publiques nocturnes et de prendre en note dans le coin d’un carnet leurs remarques. L’habitant est acteur du projet, il intervient en amont et prend des initiatives et décisions. Les architectes de BIMBY ont offert une heure d’entrevue à chaque résident intéressé par le projet. Ils ont ainsi pu manifester leur besoin et voir comment les concrétiser selon leurs moyens et leur terrain. C’est aussi une façon de les sensibiliser à des notions architecturales et urbaines classiques comme l’ensoleillement ou les accès.

Liens externes : - Lire l'article ici