Catégorie Projet ANR Bimby

Auteur(s) : - Fordin Isabelle

Publié le 29 Avril 2011

Retranscription synthétique d’entretiens menés avec des habitants ayant réalisé des divisions parcellaires intéressantes dans la perspective des travaux du projet de recherche Bimby

Notions clés :
> de particulier à particulier
> diversifier l'offre de logements
> division parcellaire
> initiative des habitants
> Innover dans la conception et la construction de maisons individuelles
> retraite
> une démarche de projet conçue pour les particuliers
> valoriser son patrimoine

Les propriétaires initiateurs : un couple avec deux enfants décide de construire une petite maison à l'avant de sa parcelle.

Un couple avec deux enfants est récemment devenu propriétaire d'une maison individuelle. La maison est située en fond de parcelle sur un terrain de 450m2

Le couple envisage de faire bâtir une petite maison à l'avant de son terrain et de la destiner à la vente. Il désire conserver un jardin pour sa maison actuelle et préserver ainsi une distance suffisante pour protéger son intimité. Il doit également prévoir une bande d'accès entre son domicile et la rue.

De ce fait, le couple dispose d'une superficie réduite pour son projet et fait appel à un groupe d'architectes pour assurer cette construction ambitieuse. En effet, les proportions entre la largeur (3,5m) et la profondeur (22m) disponibles sur son terrain nécessitent l'intervention d'un architecte.

Le couple est séduit par l'originalité de la construction et décide finalement d'habiter cette nouvelle maison. Chaque étage est dédié à un usage : l'espace des parents occupe le dernier étage, celui des enfants est installé sur le premier niveau et le niveau intermédiaire sert de pièce commune à vivre. Le couple met alors en vente la maison d'origine.

Les voisins : une mitoyenneté perçue comme évidente.

La nouvelle maison est construite à la place du garage. A cet endroit, elle est accolée à la maison voisine. Cette mitoyenneté est perçue comme évidente par le voisin.

La bande d'accès à la maison du fond est en limite séparative avec la maison de l'autre voisin. Ce voisin n'a subit aucune modification de sa façade, elle-même en limite de parcelle et n'a pas eu besoin d'intervenir pour les modalités de réalisation de cette nouvelle maison.

Dispositifs techniques et professionnels impliqués : la réglementation contraignante oblige une construction créative.

La nouvelle construction est une maison de 105m2 habitable. Étant donné la largeur disponible, elle est nécessairement accolée à la limite séparative du terrain, d'un côté ,et à la bande d'accès sur la rue de la maison initiale, de l'autre.

Les 2 façades les plus longues sont fermées en raison de la mitoyenneté d'un côté et du vis-à-vis avec l'habitation voisine de l'autre.

La maison dispose de 3 niveaux et bénéficie d'une terrasse dans le prolongement du dernier étage. Cette continuité intérieur/extérieur participe à rendre cette nouvelle habitation plus lumineuse.

Les règles du PLU ont contraint l'architecte à imaginer une construction novatrice et à optimiser au maximum l'espace sans dénaturer l'environnement urbain (CES de 0,4, hauteur du faîtage limitée à 10m et gouttière à 7m, COS de 0,6, bande d'accès à la rue de 3,5m de large, retrait du dernier niveau et toiture terrasse autorisés, retrait par rapport à la voie de 1m, implantation sur une profondeur de 20m).

Territoire, règlement et stratégie politique : le règlement de la commune renforce le tissu d'habitat pavillonnaire.

La commune est située aux portes de Paris et compte 45 000 habitants. La ville se caractérise par son équilibre entre habitat collectif et zones pavillonnaires.

La parcelle étudiée est localisée dans un tissu résidentiel pavillonnaire, notamment dans un secteur dont la protection environnementale et architecturale est renforcée.

La commune s'est engagée dans la révision du plan d'occupation des sols (POS) en juin 2000, valant plan local d'urbanisme (PLU), en 2008. Sa dernière modification est approuvée et vise à favoriser l'intégration de constructions neuves dont la qualité architecturale préservera le paysage urbain des différents quartiers de la ville.
 

L'habitant : Le couple envisage de faire bâtir une petite maison à l’avant de son terrain et de la destiner à la vente. L'élu : Les règles du PLU ont contraint l’architecte à imaginer une construction novatrice et à optimiser au maximum l’espace sans dénaturer l’environnement urbain. L’urbaniste : Le couple dispose d’une superficie réduite pour son projet et fait appel à un groupe d’architectes pour assurer cette construction ambitieuse. En effet, les proportions entre la largeur (3,5m) et la profondeur (22m) disponibles sur son terrain nécessitent l’intervention d’un architecte.

Cliquez pour voir ce qu'ils en pensent

> L'habitant

> L'urbaniste

> L'élu

> La filière