Catégorie Sur le web

Publié le 01 Juillet 2007

Jean-Charles Castel, Urbaniste de l’Etat, Chef de groupe Observation urbaine au CERTU

Source(s) : Annales de la Recherche Urbaine

Notions clés :
> 19 millions de maisons

Le phénomène d’expansion périurbaine ne fait pas que s’étaler en continuité de l’agglomération. Il s’est muté en un émiettement de l’urbanisation. Cet article expose comment les formes actuelles de la dédensification urbaine sont portées par des logiques économiques appréhendables au niveau des accédants et des opérateurs immobiliers. Il interroge l’existence d’une demande de limitation de la densité, d’une préférence pour les petites opérations diffuses, et observe quels sont les intérêts économiques qui vont dans ce sens. Il expose également comment l’offre, telle qu’elle est conditionnée par les normes et par le milieu professionnel, avantage économiquement l’émiettement de l’urbanisation. Plus généralement, il explique comment l’expansion périurbaine met en évidence des déséconomies d’échelle se traduisant en arbitrages pour la dédensification et la réduction de la taille des opérations.

Lien vers l'article au format pdf

Liens externes : - De l’étalement urbain à l’émiettement urbain. Deux tiers des maisons construites en diffus.

L’urbaniste : Mais la périphérie n’est pas un espace homogène déterminé seulement par la distance au centre. Le phénomène d’expansion périurbaine ne fait pas que s’étaler en continuité de l’agglomération. Il s’est muté en un émiettement de l’urbanisation. Il fait des « sauts de puces » de commune en commune, d... L'habitant : Les plus forts taux de croissance démographique atteignent des communes de plus en plus petites. Dans le recensement de 1999, le plus fort taux de croissance démographique concernait les communes de 2000 à 5000 habitants. En 2004, il s’agit des communes de 500 à 1000 habitants.

Cliquez pour voir ce qu'ils en pensent

> L'habitant

> L'urbaniste

> L'élu

> La filière