Une alternative qui permettrait de répondre à la question de la construction de nouveaux logements et de l’étalement urbain. L’un des points majeurs de la politique communale basée sur le volontariat des propriétaires de pavillon déjà présent sur le territoire.

Une solution contre la pression foncière

En effet ce concept permet à un habitant de vendre une partie de son terrain pour y construire de nouveaux logements pour un membre de la famille par exemple. Cela permettrait de réduire, dans les quartiers pavillonnaires, de la pression foncière

Une densification progressive 

On estime aujourd’hui le nombre de maisons individuelles à environ 14 millions et plus de 140 000 terrains seraient disponibles chaque année. Le concept Bimby est une alternative à l’étalement urbain, il permettrait la construction de nouvelles maisons individuelles et ainsi de répondre à la demande des acquéreurs et aux besoins en logements des français.

L’intérêt économique de la démarche Bimby

Pour motiver les propriétaires dans cette démarche, l’argument principal est le bénéfice qu’ils pourraient acquérir. Ainsi, en cédant une partie de leur patrimoine foncier, ils pourraient financer leurs projets. 
Pour les communes, l’intérêt est de fabriquer un urbanisme sur mesure et à moindre coût.

Bimby : un concept écologique

Ce projet à l’avantage de se positionner sur des zones déjà urbanisées, ainsi il limite l’étalement urbain qui a des conséquences environnementales non négligeables comme la fragmentation des espaces naturels.

La dimension sociale du projet Bimby

Les propriétaires de terrains étant les principaux acteurs de ce projet, cela permet de leur donner une place dans le développement de leur commune et ainsi leur donner un rôle fort dans la politique urbaine. Cela permet aux collectivités de prendre la main sur le prix du foncier et ainsi produire des logements plus abordables. De plus, les communes privilégient les entreprises de construction locales afin de favoriser la création d’emplois sur le secteur et faire des économies

0 CommentsClose Comments

Leave a comment